Fermer
banniere_karch01.jpgbanniere_karch02.jpgbanniere_karch03.jpgbanniere_karch04.jpgbanniere_karch05.jpgbanniere_karch06.jpgbanniere_karch07.jpgbanniere_karch08.jpgbanniere_karch09.jpg
Il programma "1001 stagni" é terminato alla fine del 2015. Vengono continuati solo i progetti correnti e non ne vengono iniziati di nuovi.
 
la versione italiana non è ancora disponibile
 
Les effectifs d’amphibiens ont considérablement reculé en Suisse ces 150 dernières années, suite aux campagnes de drainage. Les espèces qui dépendent de plans d’eau s’asséchant périodiquement sont les plus menacées. En effet, ces milieux qui offrent les meilleures conditions de reproduction pour les amphibiens ont pratiquement disparu. Les plans d’eau temporaires se remplissent au printemps lorsque le niveau de la nappe phréatique s’élève, sous l’effet des précipitations et de la fonte des neiges. Ils s’assèchent à nouveau durant l’été ou l’automne. Les prédateurs des larves d’amphibiens, tels les grandes larves de libellules qui vivent plusieurs années ou les poissons, ne peuvent guère survivre dans ce type de milieux. Même si exceptionnellement, l’étang s’assèche trop rapidement et qu’une partie des larves d’amphibiens succombent, les avantages – l’absence de prédateurs – l’emportent sur les inconvénients – la perte d’une partie des larves. 
 
 
 
Prairie inondable à Arborex, VD
 

Les plans d’eau temporaires étaient autrefois fréquents dans le paysage. Suite aux corrections des cours d’eau, au drainage des sols et à l’assèchement des zones humides, ils se sont aujourd’hui raréfiés, davantage encore que les étangs permanents. Avec un décalage temporel, la disparition de leurs habitants typiques, tels de nombreux amphibiens mais aussi petites libellules et autres espèces, a suivi celle des étangs temporaires.